Nous nous sommes enchainés aux arbres !

Et nous agissons en référé au Tribunal Administratif avec notre avocat Me Louis Cofflard, qui a déposé un référé liberté, audiencé jeudi 15 en moins de 24 heures, un record. On attend la décision du Tribunal qui doit se prononcer sur la suspension de l’arrêté de la Préfète autorisant l’abattage des arbres. Nous avons réussi à sauver 50 arbres.

Article 94Citoyens en ligne sur https://shorturl.at/oyQW6
Article parisien sur https://shorturl.at/glxMS

Quelques vidéos…

Comment le Maire a menti à la Préfète pour abattre les 108 platanes

Faire une fausse déclaration dans un document administratif est puni par la loi (Article 441-6 du Code Pénal).
Or, en septembre 2023, dans sa demande de dérogation pour flinguer les 108 platanes de la Rue Charles Infroit, à La Préfète du Val de Marne, le Maire s’est appuyé sur un rapport de l’ONF d’avril 2023.

Ce rapport d’avril est plein de coquilles, de fautes de pagination, avec plus de la moitié des pages qui concernent la Ville de Saint Maur, y compris les en-têtes avec une avenue Joffre qui n’existe même pas à Champigny.

Ce rapport préconise l’abattage de 14 arbres, et d’en tailler 20 mais dans la confusion des pages erronées, des photos de Saint Maur et des tableaux d’arbres d’une avenue Joffre qui n’existe pas à Champigny le Maire a indiqué à la Préfète qu’il fallait abattre 40 platanes.

Et comme ces arbres abattus vont nuire à l’alignement, autant tous les couper !

Comment la Mairie a-t-elle pu envoyer un rapport ainsi rédigé ?

Mais surtout, il existe un rapport corrigé en juin par l’ONF, comme nous l’a confirmé un responsable de l’ONF !

Et ce rapport corrigé en juin 2023, la Mairie a fini par l’envoyer à la Préfète la veille de l’audience au Tribunal Administratif pour l’audience du référé que nous avons déposé ! Et contrairement aux pages du rapport précédent, cette version est claire, il faut abattre 14 arbres, et tout le monde peut le comprendre si des spécialistes le disent

Autre point, nulle part dans le rapport, il n’est indiqué que les maladies se propagent, comme de nombreuses personnes le croient.

Des spécialistes indiquent plutôt :

« dans la majorité des cas, le risque n’est pas caractérisé, car :

– Généralement l’axe infecté dépérit avant de casser
– L’axe infecté peut être supprimé, et si pris suffisamment tôt, la problématique est éradiquée définitivement
– Même lorsque le tronc est infecté, l’espérance de maintien peut facilement dépasser les 15 ans dans des risques calculés largement acceptables.

Nous sommes donc loin d’être d’accord avec cette logique « champignon = abattage » qui semble d une autre époque. Comme quelques images sont plus parlantes que des grands discours, je remonte un peu le temps et présente quelques expertises que nous avons réalisées.

Les exemples présentés sont pour certains des contre expertises. Nous n’avons préconisé sur ces sujets aucun abattage. Ils ont tous été conservés, avec pour certains la suppression d’un axe, et un remplacement du sujet à prévoir sous 10 ans. Mais lorsque nous les revoyons parfois 5 ans plus tard, nous proposons à nouveau cette temporalité de 10 ans… Nous sommes donc encore trop pessimistes. Et pour le risque de contamination aux sujets sains? Le punctatus est un parasite opportuniste, et un chancre de contact. Aucun risque de voir les spores s’envoler pour atteindre des arbres sains. Pour s’en persuader, il suffit de regarder les alignements touchés, et de constater que cela ne suit ni les couloirs de vent, ne se développe pas sur les arbres voisins, et ne semble présenter d’ailleurs aucune logique particulière » (source à mettre à jour)

Soutenons les soulèvements de la terre

Nous relayons cet appel :

« La catastrophe écologique n’est pas à venir, elle est déjà là. Nous ne nous résoudrons pas à la contempler, impuissant-es, isolé-es et enfermé-es chez nous. Nous avons besoin d’air, d’eau, de terre et d’espaces libérés. Les causes et les responsables de la destruction des sols nous entourent : bétonisation, industries polluantes, et accaparement des terres vivrières par l’agro-industrie.

Nous voulons cibler et bloquer ces responsables. Nous voulons aussi occuper et cultiver les terres qui nous ont été arrachées. Parce que tout porte à croire que c’est maintenant ou jamais nous avons décidé de jeter nos forces dans la bataille »

A Champigny aussi, nous pouvons reprendre des terres autrefois cultivées sur le tracé de l’ex VDO et où doit passer le boulevard d’Altival. Soutenez les soulèvements de la terre !

https://lessoulevementsdelaterre.org/ #lesoulevements

ADHEREZ MAINTENANT A NOTRE ASSOCIATION !

Nous avons besoin de vous, pour porter la défense de l’environnement,

Nous avons besoin de vous, car notre financement provient uniquement des adhésions

Nous avons besoin de vous, car nous irons plus loin tous ensemble

Nous avons besoin de vous, pour des actions sur le terrain, poser des affiches, distribuer des tracts

Nous avons besoin de vous pour UN FINANCEMENT PARTICIPATIF pour payer des frais de Justice.

VOUS POUVEZ AGIR PRES DE CHEZ VOUS !

Propulsé par HelloAsso

Bonjour et bienvenue dans notre Collectif !

Vous pensez qu’on ne peut pas continuer comme « avant » en bétonnant des terres en friche, ou en construisant des routes ? Vous préférez voir des enfants jouer, faire du vélo, ou juste vous promener, vous allonger dans l’herbe, cultiver des légumes dans ces espaces naturels ? Il est temps de passer à l’acte !

Tous les jours vous voyez des gens se mobiliser pour le climat, contre la pollution, pour la Transition Ecologique, pour sauver les forêts tropicales ?

Nous vous proposons d’agir chez vous, dans le Val de Marne, et pour commencer, à Champigny Sur Marne, en luttant contre un projet d’un autre temps, inutile, coûteux, et prétexte à des projets immobiliers juteux.

VOUS POUVEZ AGIR PRES DE CHEZ VOUS !

La Nature n’est pas négociable !

Trop souvent, on entend qu’on pourrait faire quelques arrangements avec la nature en négociant quelques bouts de terre, quelques arbres, en promettant des emplois, des logements, des routes.

Ce temps est révolu, il est temps de prendre la défense de la nature et notre collectif agira dans ce sens !

Dans le film « La Crise » de Coline Serreau de 1992, le Député de gauche expliquait à son fils que la pollution, c’est pas si mal en fait…

https://youtu.be/8ykuTY_I_Ao